{"status":"ok","elements":"
\r\n
\r\n \t\t\t
\r\n \"Yvon<\/a> <\/div>\r\n \r\n
\r\n
\r\n Yvon Le Men et Pef content et illustrent \u00ab\u00a0en fin de droits\u00a0\u00bb<\/a>\r\n <\/div>\r\n \r\n
\r\n

Dans l’espace th\u00e9\u00e2tre Yvon Le Men interpr\u00e8te son long po\u00e8me r\u00e9quisitoire \u00ab\u00a0en fin de droits\u00a0\u00bb qui relaie la rage et la solitude des nombreux rejet\u00e9s que la rigueur \u00e9conomique accule \u00e0 la pauvret\u00e9, livre \u00e0 l’administrative interpr\u00e9tation des textes, confronte \u00e0 une pr\u00e9sence virtuelle, aveugle, sourde et muette. Nous sommes une trentaine dans la salle, sid\u00e9r\u00e9s par le m\u00e9lange de violence et d’humanit\u00e9, de drame et de d\u00e9rision.   Pendant ce temps, cach\u00e9, Pef croque, avec ses mots tordus, le cynisme de cette situation, dans cet humour noir qui cerne si bien les errements de notre soci\u00e9t\u00e9 et qu’il nous...<\/p>\n <\/div>\r\n <\/div>\r\n \r\n