Cimetière chinois de Nolette. Dimanche 18 mai 2014

 Commémoration. 1917 – 1920

Guerre mondiale. Anglais, français, hommes au front, chair à canon. Il faut des bras pour construire les lignes de chemins de fer, gérer les camps, mais aussi brancarder, déminer, déterrer les cadavres. Les alliés vont alors importer, de Chine, les bras qui manquent. Ils seront presque 100 000 à signer un contrat de travail de 5 ans. Nombreux seront ceux, qui, vivant dans des camps aux conditions précaires, seront amenés, ici, à l’hôpital du “Native Labour” de Noyelles sur Mer, où ils mourront de différentes maladies. Après la guerre, terminant leur contrat, ils seront décimés, en 1920, par la grippe espagnole.

Globalisation. Sous-traitance. Misère ajoutée à l’horreur.

Déjà !