Comme chez soi, Chezelles à Sidiailles, le bonheur des vacances familiales.

Lac de Sidiailles depuis le versant nord et le GR41.

Une fois n’est pas coutume. Je meurs d’envie de faire la promotion d’un lieu, d’un séjour, de vacances familiales,  hors couverture du réseau, la paix ainsi assurée pour tous, sans tentation autre que les activités nature du lac de Sidiailles (même si  je reconnais que nos smartphones ont fait photos et vidéos).

Une destination mûrie le temps que mes petits enfants puissent en profiter autant que les grands… et même les très grands !

Août 2013, sur le Sentier des Maitres Sonneurs, à l’ombre clairsemée de quelques bouleaux, après avoir contourné le lac de Sidiailles par un atypique sentier montagnard… et berrichon, nous récupérions d’une longue étape, observant nombre de familles, grands-parents, enfants et ados se baigner dans les eaux claires du lac, jouer sur le sable roux ou tout simplement tirer leur flemme dans la pente ombragée. Sidiailles est un site qui respire, relativement encaissé sous son accrobranche, et  profite de l’espace longiligne de la confluence de l’Arnon et de la Joyeuse, des trouées vers les collines bucoliques qui la dominent pour offrir de longues tyroliennes aux Icares qui sommeillent chez tous, petits et grands.

J’avais été séduit par l’espace, l’ambiance bon-enfant, les déjeuners-sur-l’herbe à l’ombre des chênes, les baignades en eau claire, et surtout par la propreté du site que ne dénaturait aucun papier ou cannette.

Depuis 4 ans, mon intuition me soufflait que ce lieux, situé juste au centre de la France, dans le désert vert à la croisée de la Creuse, du Cher, de l’Indre et de l’Allier, à moins d’une demi-journée de route de Paris, de Bordeaux et de Lyon où résident nos enfants, serait l’endroit idéal pour un séjour familial au goût de toutes les générations.

Août 2017. Deux kilomètres juste au dessus du lac, sur le plateau, le logis de Chezelles, une immense grange confortablement restaurée, où nous avions fait étape lors de la randonnée du «Sentier des Maîtres Sonneurs», propose, à un prix plus que convenable, l’espace nécessaire aux rassemblements familiaux : immense pièce – salon, longue table et cuisine – ouvrant sur un jardin clos ; quatre chambres ; verger aux pruniers généreux ; terrain de boule. À côté, si nécessaire, un petit gîte et trois chambres d’hôtes permettent d’adapter la configuration au groupe. Plus bas, dans la vallée, le lac de Sidiailles, sa base nautique et son centre nature qui offre ainsi canoës, pédalos, paddles, parcours d’aventure (accrobranche) pour les «petiots» ou les sportifs et, en suivant les rives du lac, un site d’escalade. Tous les ingrédients pour les retrouvailles, le repos ou l’activité.

 

Et si vous hésitez encore, si la luxuriante et calme campagne vous tente moins que la foule d’un bord de mer, je vous propose un petit programme testé par des “quatre-à-soixante-cinq-ans” pendant une semaine qui est passée trop vite :

  • Tour du site et baignade pour prendre ses marques et constater que de l’eau à 25 ° ce n’est pas si mal
  • Exploration en canoë canadien
  • Découverte de l’accrobranche pour les petiots ou les plus grands en toute sécurité grâce à la « ligne de vie continue » (précision pour les parents et grands-parents anxieux)
  • Baignade, baignade, baignade…
  • Tyrotreck, ou comment voler du Cher à l’Allier, au dessus de tous les bras de l’Arnon et de la Joyeuse, en enchaînant, entre de courtes marches, neuf très grandes tyroliennes
  • Randonnée du tour du Lac (pour les grands) ou sur des tronçons « montagnard » de 3 kilomètres pour les petits (en organisant juste une navette auto depuis Les Chetz ou La Roche).
  • Trop ardus pour nous (ou sans réelle motivation, mais au-cas-où), saut à l’élastique du viaduc tout proche de Culan ou Escalade à La Roche.
  • Et comme il faut aussi un sujet culturel, en cas de pluie, la visite du château médiéval de Culan.

Ça y est… vous n’avez plus d’excuse pour ignorer le lieu. Cliquer sur les nombreux liens si je vous parais peu objectif, ou pour réserver votre gîte si vous êtes conquis comme nous le fûmes en 2013…

Et le couvert ? Si vous tenez absolument à faire une escale gastronomique à l’aller ou au retour, passez dans la Creuse toute proche, à vingt minutes à peine de voiture, à la Bonne Auberge de Nouzerines où Sylvain et Valérie vous attendent, Grande Toque du Limousin.

PS : Pour nos amis marocains, un séjour au vert. Pour nos amis québecois, le Canada sans maringouin.

 

Sidiailles, Copyright IGN 1/25000